Skip to Content

Monthly Archives: décembre 2009

mon histoire de marin

Par

Cela m’est tombé dessus quand j’étais étudiant à Paris…
Un ami m’invite à faire du 420 avec lui à St Quentin en Yvelines, l’année d’après je faisais un stage aux Glénans.
J’ai ensuite été bénévole sur "mousquetaires" à la base de l’ile d’Arz des Glénans dans le golfe du morbihan.
Mon premier bateau , était évidemment un 420, , avec lequel j’ai fait le tour de l’ile de Ré en 4 jours en campant sur les plages.
Il est allé aussi au Portugal derrière ma 2CV, en Algarve, en 1973…
Bon d’accord, je suis trahi !!! J’ai 58 ans, mais aux âmes nées modestes, la valeur peut attendre le nombre des années.
A la fin de mes études d’infirmier (il faut trouver un boulot qui permette de naviguer),j’ai acheté mon premier croiseur: un Dufour, comme moi, un sylphe de 6.20m. Il nous a bien baladé et j’ai commencé à faire des régates "vespérales" pour voir.

Le goût était pris et j’ai fait le choix d’un first 25 qui à son époque (1981) était adapté aux régates locales.
Ah! c’est vrai qu’il avait un nom "stupéfiant" qui ne m’a pas toujours aidé avec les douaniers qui ont un humour… "décalé"  : Marie-Rouana !

Le choix de vie :infirmier libéral s’est imposé à moi après avoir hésité à faire la formation de chef de base aux Glénans: le meilleur moyen de voir partir les autres s’amuser et de perdre le plaisir de la passion initiale.
Bon ! voilà le tableau qui nous amène à "Passavant des sirènes", en passant par: Danaïde: un feeling 850 racing , puis un First classe 8(tempête de joie) avec lequel nous avons "fait le circuit":National, Européen, Spi Ouest-France.

J’ai fini par comprendre qu’entre un bon amateur et un professionnel, il restera toujours une différence qui est faite d’un peu de talent et de beaucoup de temps sur l’eau.
Alors, je reprends un feeling 850 (Egrégore), pour la croisière et les régates locales.

En 2002, je l’ai remplacé par un superbe Sprint 108 (Pandora): 10.80m, très pointu mais difficile à faire gagner à cause d’un "rating"(sorte de handicap ) peu favorable.
Je suis allé en solitaire en Bilbao avec et nous l’avons remonté pendant l’été 2004.


Il a fallut le vendre pour pouvoir faire des travaux dans notre maison de La Chapelle de Mordreuc près de la Rance.

Passons par un Surprise (Dragon-Fly) un bateau très agréable à barrer mais un peu inconfortable pour la croisière…
Vendu en décembre 2008, il n’y a pas eu un jour de répit pendant cet hiver.
Internet a tourné à plein régime, Allemagne, Hollande, Belgique et Grande-Bretagne, jusqu’à ce plan Rob Humfrey qui se trouvait dans la rivière de Teignmouth, près de Dartmouth en "Perfide Albion".
Son histoire commence de manière mouvementée, le 3 mars 2009 par une traversée épique: neige le matin en arrivant, tempête le lendemain et donc déjà du sport pour faire Teignmouth/Dartmouth et plus le choix le lendemain: il fallait traverser avec un bon force 7, mais 3/4 arrière, gage de surfs sympathiques.
Nous avons traversé la Manche, Marc et moi en moins de 11 heures, jusqu’à Guernesey.
Nous étions en pleine CRISE !!!!Presque pas de porte-conteneurs sur le "rail" et personne mais personne au RED ONION à Guernesey.
Bref, il était préférable de mettre le cap sur St Malo et "CHANCER OF SPIDE ISLAND" deviendra "PASSAVANT DES SIRENES"

Livre de bord de “Passavant des sirénes”

Par

Ce livre de bord est pour vous : les "balado-virtuels-marins" de PASSAVANT DES SIRENES.
J’espère que vous avez d’abord fait connaissance avec votre skipper: Didier Dufour à la page :MA VIE DE MARIN ,sorte de "ma vie, mon oeuvre" …
Donc, ce bateau est arrivé à St Malo en Mars 2009 et a demandé quelques travaux pour en améliorer l’accastillage et l’allure.
La première sortie était une régate des étudiants IUT en Avril . Cette régate annuelle est organisée entre une vingtaine d’IUTde France. Le but est autant pour eux de naviguer, que d’effectuer un exercice de recherche de sponsors et de montage de dossiers "événements".
J’avais la responsabilité de l’IUT de Massy-Palaiseau…2 filles; 3 garçons bien sympas et très peu expérimentés en voile.
Nous sommes allés de St Malo à St Brieuc et retour et cela n’est pas toujours de tout repos au niveau du passage du cap Frehel.
Finalement tout c’est bien passé, et j’ai pu comparer la vitesse du bateau avec ses concurrents naturels : ex le Sigma 30…L’un a fini devant nous, l’autre derrière…C’est pas mal pour ce type de mise en main !

Souvent, en cette période de l’année, le vent est Nord-Est force 4 à 5, soit dans le nez pour aller à Chausey de St Malo.

Avec Jjun Je suis sorti avec ma petite fille, Bilitis dans la baie de St Malo, pour aller à la recherche d’un trésor qui devrait s’y trouverait depuis la deuxième guerre mondiale.Il sagit d’un coffret de diamants ayant appartenu à une diamantaire juive d’Amsterdam dont l’époux en "mariage gris" comme dit notre ministre de l’immigration serait mort en emportant le secret de la cache…Bilitis y croit et moi aussi.Nous avons donc "écumé" les différents cailloux de la baie, succeptibles de représenter une cache favorable.Pour l’instant, nous n’avons trouvé qu’un oeuf "Kinder". Il faut bien récompenser les bonnes volontés.avec la marée montante et un bord traversant qui fait "dériver" en direction de l’entrée du sound…Bilitis
Nous y sommes, Victoria (mo
 pendant la dernière guerre par un marin marié à une diamantaire juive d’Amsterdam…                  Je vous en dirais plus une autre fois !


Le "TRIANGLE"
Vers le 20 août, tous les ans, a lieu une régate en solitaire qui réuni une quarantaine de "fadas" de cette solo qui se courre entre Dinard- St Quai et Guernesey.
Évidemment, les favoris ont des "pelles à feu" de luxe: Bénéteau 40, Pogo 850 et 1040.
A la première manche, le vent étant de suroît force 7 à 8, le comité opte pour un parcours le long de la côte (moins de vagues)…Je déchire ma GV en prenant le 1er ris et suis contraint de continuer jusqu’à l’arrivée avec 2 ris.
Mon "assistance -course"…(Victoria ) m’apporte la GV de croisière pour finir la course.

Le lendemain, les éléments se sont calmés et mon option dans l’est me fait douter car je me sens un peu seul.
J’ai choisi de raser les minquiers pour arriver dans le Russel à Guernesey par le Nord.
C’est seulement dans la dernière demi-heure que je vois les tenants de l’option ouest, scotchés le long de la côte et j’arrive direct avec le courant;

Le lendemain est  jour de repos…Enfin pas de "tout" repos ! 40 solitaires sur un ponton à l’étranger , c’est quelques verres de ti-punch et un air de cornemuse pour faire passer le rhum.
Récupération obligatoire , donc pas de "RED ONION" le soir. C’est un lieu de débauche à St Peter.
Je suis 3ème à égalité avec un 31.7, donc il faut être en forme!

 
3ème manche: Retour Dinard: Départ sous spi  plein pot; quelques départ au lof, pas moi, le bateau est trés stable et n’a pas besoin de beaucoup de rappel.
Les "pelles à feu" s’envolent…Bof ! peux pas lutter !
Arrivé à la Sud-Ouest Minquiers, le vent mollit et il faudra jouer à tirer des bords de portant pour garder de la vitesse: à moins de 4 n, tu  loffes pour relancer la bête…Résultat: 1 pogo 850 derrrière en temps réel ainsi qu’un 31.7 et un bongo:2ème de la manche et 3ème de la course…Pas mal pour un petit bateau "qui ne ressemble à rien" comme le dit un concurrent à la remise des prix.
Mon copain, Jean Beuchet se retrouve 4 ème après avoir fini à chaques manches à quelques longueurs devant moi…(rating plus fort).
Malheuresement , le 3ème prix, cette année de crise, ce n’est pas un brasselet "Hermés" comme j’avais gagné en 2003.
C’est bien quand même, puisque c’est une veste "marine", produite par Jean, dont vous pouvez voir la jolie production sur son site: www.lexplorateur.fr

 12 SEPTEMBRE 2009
Il y a toujours ce vent de Nordet Force 7…Bon! est bien, direction St Quai en solitaire pour la balade sportive et rapide .
Je me fait plaisir avec des surfs à 11 n et en moins de 4 heures les 27 miles sont avalés.
Victoria me rejoint en voiture avec l’intention d’une sortie en direction de Paimpol le lendemain, mais hélas toujours ce vent de chien et finalement, c’est en voiture et à pied que nous allons à Paimpol…Courageux mais sans excés !
Lundi…Je dois ramener le bateau à St Malo, je travail ensuite pendant 12 jours, mais il y a toujours force 7 et cette fois dans le nez !
A côté de moi sur le ponton , il y a un Dufour 325 des Glénans.
Nous discutons sur l’opportunité et les risques de rentrer seul à St Malo et le skipper me propose de m’accompagner sur une partie de la route avant d’aller à Lézardrieux avec ces 5 stagières.
Je pars donc avec 2 ris et le foc enroulé façon solent.
Les glénans sont juste derrière.
Au bout de deux heures de route, j’ai pris un dem -mile d’avance…Ils sont 6 au rappel et je suis seul ! Il marche bougrement bien ce petit boat ! Les Glénans abandonnent aux Landas.

6 heures  aprés le départ, je suis aux bas-sablons, un peu rincé mais content.

Samedi 26 Septembre 2009
Enfin des conditions agréables pour passer un week-end à Chausey.
Quand même au prés pour partir, mais le vent pèpère tourne à l’est et nous Victoria et moi) sommes en moins de trois heures dans le sound.
Je gonfle l’annexe et vais poser mon filet, au retour je retrouve des vieux copains que j’invite à bord…Soirée: quelles navigations a tu fais cette année ?
Dimanche: Il fait un temps superbe !
Seulement un lieu et un maquereau dans le filet… Pas de bar .
Pour le retour, après avoir loger l’ile en rasant les cailloux pour trainer au bar (sans résultat, je suis un piétre pècheur)
, nous envoyons le spi et retournons à St Malo en 2 heures (7.5 n de moyenne). Ah ! c’est sympa des conditions comme ça !
Le lendemain, comme je suis libre jusqu’à jeudi, je laisse tout en plan et repars direction Jersey en solo. Madame travaille, la pauvre !
Une partie au moteur, par l’est, ce qui me refait passer près des cailloux de Chausey quittaient hier.
Le vent revient…Dans le nez, plein nord ! Je ferais tout le reste à la voile en tirant des bords: rien ne me presse et personne ne m’attent.
Arrivée à 20h30 à St Hélier, je ne reste pas dans le port le lendemain.
Je traverse la baie de St Aubin et vais mouiller devant une superbe propriété à "Belle Croute"
Annexe gonflée, 5 minutes au moteur et je débarque devant le Yacht-Club de St Aubin.
C’est drôle d’arriver comme cela dans ce petit bourg qui n’a rien à voir avec St Hélier et ces commerces.
La balade sur le chemin de douanier est magnifique.
Quand je rentre à St Malo le mercredi, il n’y aura pas un soufle de vent de tout le parcours…6 heures de moteur, c’est rare!
Je suis passé à raser la maitresse-ile des minquiers, mais à la balise du coq, je n’ose pas m’aventurer vers l’ile sans carte de détail.
En arrivant au port , j’ai comme voisin , un anglais qui m’explique qu’il est "Le spécialiste" du pilotage dans les minquiers…C’est Peter Carnegie , il fait du charter à partir de jersey et son site web est: www.jerseysailing.com ,allez le voir. Il a aussi édité un guide des anglo-normandes que je vais m’offrir.